Radio Rôliste #67 : Sexe plus histoire de cul égalent meurtre

ViolenceAu sommaire de ce numéro :

  • Introduction (00m00s – 1m40s)
  • Coup de projecteur : Tout le monde sont rôlistes (1m41s – 7m08s)
  • Critique : Zombie Porn (7m09s – 45m09s)
  • Dossier : La violence physique dans le JdR (45m10s – 1h20m40s)
  • Critique : Happy & Happy Together (1h20m41s – 1h43m37s)
  • Nos coups de cœur du moment (1hm43m38s – 1h48m10s)

Les jeux et les sites mentionnés dans ce numéro :

Lire

4 réflexions au sujet de « Radio Rôliste #67 : Sexe plus histoire de cul égalent meurtre »

  1. Ping : Le JDRGBT – quefaitesvous

  2. Peggy

    Bonjour,

    La plupart du temps, j’écoute le podcast dans ma voiture, ce qui fait que je commente et régit à chaud pour moi même, mais ensuite, la journée s’enchaîne, et je ne pense pas forcement à vous faire les retours, mais là, je prends le temps de le faire.

    Je viens d’écouter votre dossier sur la violence que j’ai trouvé fort intéressant et je suis d’accord avec vous dans l’ensemble, la violence est souvent une solution de facilité et il peut être intéressant d’explorer d’autres voies.
    Néanmoins j’aurai un gros « Mais », il me semble que vous oubliez toute une partie évidente du pourquoi de cette violence récurrente dans le jeu : l’aspect exutoire.
    Le jeu, et pas uniquement le jeu de rôle, mais le jeu en général est un des rares espaces de total liberté. Je suis ludothécaire, et je dis très souvent aux enfants : Dans un jeu, vous faites, ce que vous voulez, on essaye, on gagne, on perd, on s’en fiche, le but c’est de s’amuser, mais les actes n’ont pas de conséquences dans le réel (en tous les cas, ils ne devraient pas en avoir).
    En jdr j’aime jouer des bourrins et j’assume totalement, rentrer dans le lard autant verbalement que physiquement, ce n’est pas quelque chose que je peux faire dans le monde réel, et le jouer, ça m’amuse, ça me défoule, c’est parfois presque jouissif. Et si je suis aussi violente dans un jeu, justement c’est parce que j’ai conscience que dans le réel la violence est une mauvaise solution.

    Voilà juste pour dire que oui la violence c’est mal, mais pas dans le jeu 🙂
    Et laissez moi bourriner ! parce que c’est bon !

    Répondre
    1. Guylène

      Bonjour Peggy !

      Ton commentaire m’étonne parce que je pensais en parler clairement dans la chronique, notamment quand je parle de la sociologie de la violence dans les sociétés modernes où la violence symbolique est contrôlée par l’État, avec la comparaison avec le monde du sport où la violence est un exutoire. En tout cas je suis tout à fait d’accord avec toi, peut être que ça me paraissait tellement évident que je n’ai pas assez insisté sur cet aspect durant la chronique 🙂

      Et comme je le dis en début de chronique, en aucun cas je ne porte de jugement sur le fait d’utiliser ou non la violence dans le jdr. Je ne suis pas là pour dire que c’est mal ou que c’est bien! Je n’ai clairement pas à donner de leçon sur ces questions !!! 🙂 Mais je m’intéresse juste à son utilisation d’un point de vue game design!

      Guylène

      Répondre
  3. Qui revient de Loin

    Bonjour, j’ai apprécié la critique de Happy qui m’a fait découvrir ce jeu intéressant. Pensez-vous que ce jeu puisse constituer un échauffement à du JDR classique, par exemple en imaginant son alter ego sur Dagobah dans le cadre d’une aventure de star wars ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *