Radio Rôliste #46 : Bitch et katana

Au sommaire de ce numéro très enjoué :

rushmore

  • L’éclipse de Yannick
  • Critique : Tech Noir
  • Critique : Polaris
  • La bulle de Cyril
  • Dossier : les tables virtuelles
  • Critique : Rushmore
  • Critique : Dessine-moi un donjon
  • Debrief : Journées d’étude du jdr

 

 

Liens de l’émission :

Le son
Les hangouts sous G+
http://www.mumble.com
http://www.teamspeak.com

Les « vrais » outils
https://app.roll20.net/home
http://www.rolisteam.org
http://www.fantasygrounds.com

Les boards détournés
Google Draw partagé sous G+
http://en.linoit.com
https://prezi.com prezi public en gratuit
https://cacoo.com
https://realtimeboard.com max 3-4 users en gratuit

Lire

41 réflexions au sujet de « Radio Rôliste #46 : Bitch et katana »

  1. Julien P.

    Pauvre Kalysto c’est pas sa faute si Mumble l’aime pas, vils rôlistes cruels !
    Sinon pour les journées d’études sur les 40 ans du jeu de rôle c’est ici que ça se passe :

    http://www.cendrones.fr/journees-detudes-les-quarante-ans-du-jeu-de-role/

    Je mettrais en ligne la conférence de Sébastien, qui a ouvert le bal dés que j’aurai réussi à la rendre audible (je n’ai pas enregistré le premier jour, mais j’ai récupéré des fichiers de qualité très variable).

    D’ici là, le programme sur lequel nous nous sommes mis d’accord avec les organisateurs des journées d’étude, c’est un thème par semaine jusqu’à épuisement du stock.

    Pour le moment vous trouverez ça :

    Joueurs et personnages
    Frédéric Ferro « Personnage et Personnalité »
    Matthias Guyot « Théorie SICE pour une représentation des pratiques par les centres d’intérêt »

    Scénario
    Bastien Wauthoz « Perfectionnez vos scénarios avec des outils adaptés »
    Xavier de Canteloube « Le scénario de jeu de rôle : changer de paradigme et replacer les personnages au cœur de l’action »

    Et comme toujours, c’est un vrai plaisir de vous écouter les gars, continuez comme ça !

    Répondre
  2. youpi

    L’éclipse de Yannick, vous auriez vraiment pu vous en passer. J’ai craqué au bout de deux minutes de rires gras, de private jokes et du moi je de Yannick (arrête de renifler quand tu parles de toi, de tes projets).

    Répondre
    1. Orlanth

      Désolé Youpi,
      Effectivement c’est plein de private joke et de reniflement et de moi je.
      Pour une fois 🙂
      Ça dure juste une dizaine de minute, il n’y a strictement rien d’intéressant pour qui ne me connait pas, ou ne connait pas mon travail.
      N’hésites pas à passer à la suite, les autres thèmes sont plus sympas 🙂

      Répondre
      1. youpi

        J’ai réussi à m’y remettre. Il y a du bon et du moins bon, comme le souligne un autre retour d’auditeur.
        Notamment :

        J’ai trouvé la thématique tables virtuelles intéressantes, parce que bourrée de multiples retours d’expérience que l’on peut mettre à profit. Juste parfait.

        A l’inverse j’ai trouvé la critique de Rushmore inintéressante. Je ne pense même pas que ça soit une critique. Rushmore est décrit à la manière du grog, celui qui a testé le jeu ne sait même pas si c’est une variation du corpus Mechanica qui motorise le bouzin.
        On finit par nous dire que le jeu fait très bien ce pour quoi il est fait. Et que de toute façon c’est un shooter, donc à la limite rien à dire de plus. Le jeu n’a pas été testé, il n’est pas pesé, pas comparé. On comprend juste à demi-mots que c’est pas le foutoir de Américana.
        Et si un shooter, cousin du burst ne nécessite pas une critique plus élaborée, à quoi bon ? C’est de la publicité déguisée? Une critique sous-entend que le jeu a été éprouvé et que l’on partage ce retour d’expérience, d’où la valeur de la critique. Pas juste qu’on le lise et qu’on en conclu de manière virtuelle que ça fait le café.

        Voilà je ne vais pas bouder Radio roliste pour autant, mais je trouve que globalement vous perdez en qualité. Je ne crache pas dans la soupe hein, vous êtes souvent très bons. Et d’ailleurs vous avez déjà montré que vous savez vous remettre en question. Rien n’est figé.
        En attendant, j’apprends à filtrer, si on avait un timing pour zapper certaines séquences lourdingues, ce serait formidables, parce qu’il y en a malheureusement de plus en plus.

        Du coup, j’attends la prochaine intervention avec Wenlock, parce que là oui vous êtes sérieux.

        Répondre
        1. Côme

          Sans vouloir défendre Kobal (mais un peu quand même), il me semble que le débat « faut-il jouer aux jeux avant de les critiquer ? » est un peu dépassé. Combien de fois avons-nous critiqué des jeux sans y jouer sur RR ? Je parie que si on fait le compte, on dépasse la trentaine… D’ailleurs Americana, critiqué il y a peu, n’a pas été testé.
          Libre à toi de ne pas apprécier d’autres aspects de la chronique, mais sur ce point-là je m’étonne que tu réagisses sur ce jeu en particulier.

          Répondre
          1. youpi

            C’est vrai, on peut critiquer un jeu sans y jouer. Et même avec brio.
            Mais faire une simple énumération de contenu et ne pas y avoir en plus joué, je ne vois pas comment le nommer « critique ».
            Cela dit ce n’est pas une attaque contre Kobal, donc il n’y a pas lieu de vouloir le défendre. Je n’attaque pas Kobal. je pointe le fait d’un certain glissement qualitatif, qui fait que certaines critiques ne sont plus forcément des critiques et ont donc un intérêt moindre pour celui qui s’attend à en trouver une.
            Pour moi ce qu’a fait Kobal est une « présentation », et c’est bien fait.
            Mais voilà, une présentation, ça n’est pas une critique.
            Point d’attaque, surtout de la sémantique.

        2. A. Nonym

          Il est vrai que sur les deux derniers opus, la qualité a sensiblement baissé. C’est peut-être à cause du mode d’enregistrement en « virtuel » mais d’un autre côté la régularité des diffusions semble retrouvée.

          Répondre
        3. Doc Dandy

          La critique sur le système CM+ n’est pas justifiée. Le système existe depuis pas mal de de temps et il a été relu, playtesté pleins de fois. Yno lui même l’a revu une quantité innombrable de fois et il est solide.
          Par contre bonjour la mémoire de poissons rouges des chroniqueurs qui n’ont même pas remarqué qu’Yno utilise le même système sur tous ces jeux actuels.

          Répondre
  3. Anonyme Call You

    Je suis un fidèle auditeur de radio rôliste (depuis le 1), mais ces derniers temps il y a quelque chose qui me gêne. Je trouve de plus en plus que vous précipitez trop la fin de chaque chronique. Il est vraiment dommage de ne pas prendre le temps pour terminer, d’avoir les avis des autres podcasteurs sans le stress d’être en retard. Cela donne une impression d’un podcast fastfood façon JT TF1 ou chaque intervention n’a finalement pas d’importance. Je préférais avoir une chronique en moins quitte à la faire au numéro suivant. Vous faites du super boulot et il serait dommage de vous limiter à cause d’une volonté d’avoir un format précis pour faire plus pro.

    Répondre
  4. Dr dandy

    Un très bon numéro
    Je confirme que Steve est un vrai amateur de jeux dépressifs. Les trucs gays et joyeux ce n’est pas pour lui.

    Merci pour le découverte de Technoir même si j’aurais aimé avoir plus de détails sur Mechnoir et la longueur du Katana de Côme (histoire de comparer avec le mien)

    Sinon quelques remarques supplémentaires sur le jeu par interface virtuelle.
    Les moins:
    – l’absence de communication non verbale. Kobal et Sebastien se rappelle de ce qui nous est arrivé a Tranchons et Traquons. Voir Warzen faire la gueule IRL aurait permis de comprendre le malaise et d’éviter les coups de gueule qui en ont résulté. Il faut vraiment dire les choses car parfois on ne comprend pas.
    – corollaire du précédent: l’absence de synesthésies qui rend les jeux avec jetons ou autres moins efficace. Je ne parle pas des figurines qui sont très bien gérées par Roll20 mais des plots points de Cortex+ ou des FATE points de FATE core. Les échanges de jetons ont beaucoup moins d’impact. Idem pour les manipulations de dés a la Dogs in the Vineyard. Dans ce dernier cas il reste l’alternative Dicestream qui gère très bien les dés mais seulement cela.
    – un petit côté décrochage facile si tu n’es pas a fond dans l’histoire. Personne ne va te voir jouer a Candy Crush pendant la partie.
    – impossible de partager les bières avec les autres. Quand tu as un MJ belge adepte des brasseries artisanales près de chez lui c’est très très frustrant.

    Les gros plus:
    – la facilité pour organiser une partie. Je mange en famille, je vais coucher la petite et 2minutes après je joue derrière mon écran.
    – mon groupe de joueurs est constitué de potes de 20ans disséminés en France et même en Irlande.
    – pouvoir utiliser un Max d’images, de cartes, de figurines sans que ça coûte un rein en cartouche d’encre.
    – le chat texte qui permet de discuter pendant qu’un autre parle. Discussions RP, questions techniques, messages secrets très discrets et même balancer des vannes sans gêner ceux qui parlent.
    – préparer des macros, des cartes toutes prêtes, qui permettent de rester concentré sur la narration.

    Un dernier point aussi sur le fait qu’en général on joue moins longtemps (2-3 h) au lieu de 4-6h où on doit absolument finir le scénario. Ça change la maîtrise et le style d’écriture.

    Répondre
    1. Côme

      Je n’ai fait qu’évoquer Mechnoir parce qu’il n’y a vraiment pas grand chose à en dire de plus : tu as une liste de mechs et de gros canons à acheter, quelques règles pour mieux simuler les combats de mechs (mais pas tant que ça), et une transmission qui détaille un peu Mars.

      Et mon katana fait environ 1,5m.

      Répondre
  5. Volsung

    Les tables virtuelles *____*
    J’y suis tellement accro que je ne suis pas sur de pouvoir me satisfaire d’une tablée IRL désormais.
    L’immersion, la concentration peut y être plus forte « qu’in the flesh »
    Et sans « White Board » je me sentirais bridé.

    Ceux qui boudent la discipline devraient essayer au moins une fois avant de la juger.

    Répondre
  6. Kalysto

    Copie écrite sur le sujet des tables virtuelles rendue le 18 Mai, plus d’une heure de chat allouée la veille pour préparer le sujet à plusieurs, près d’une demi-heure de tentatives de connexions, desinstall/reinstall le soir même… je me serai épargné ça si j’avais su que je ne viendrai pas au final ;O)

    Répondre
    1. A. Nonym

      Il y a beaucoup de choses à dire sur les tables virtuelles car le choix de l’outil est lié à l’usage, réaliste ou fantasmé, que l’on veut en faire.

      Comme pour tous les outils, informatiques ou pas du reste, la simplicité rime avec légèreté mais aussi avec pauvreté des fonctionnalités. Pour augmenter les possibilités d’un outil on est souvent obligé d’en augmenter la complexité et la difficulté de prise en main.

      Je suis de l’avis général, Hangouts fait le job en utilisant des plugins ou des outils bureautiques détournés de leur fonction première. Rolisteam est très bien et ceux qui jouent exclusivement en mode chat ne jurent que par lui. Par contre, pour avoir du très complet on peut rester dans les gratuits avec Maptool.

      L’investissement de départ est important mais peut tout à fait se justifier pour un usage très régulier. A voir, une déjà ancienne vidéo d’initiation ralisée par Booga : https://www.youtube.com/watch?v=L8QzwENgnq8

      Roll20 possède un avantage à la Hangouts sur ses concurrents : tout est dans le navigateur. Les autres VTT requirent un peu de configuration de la part de celui qui héberge la partie et peuvent se heurter aux stratégies réseau/sécurité des opérateurs internet, ce qui oblige à modifier les règles de routage des boxes des participants.

      Pour autant Roll20 est un service commercial qui peut s’avérer coûteux : presque 100 boules pour les dés StarWars ça fait mal aux fesses je trouve 😉

      Au delà de l’aspect outil, la pratique en table virtuelle présente des spécificités qui n’ont pas été développées (peut être pour la prochaine fois).

      Dans son mémoire de master « Le JdR comme laboratoire de la coordination sociale » (non non, on n’est pas sur le blog de La Cellule 😉 – http://www.legrog.org/editorial/rubriques/interviews/les-jeux-de-role-laboratoire-de-la-coordination-sociale ) Nicolas Doduik distingue la rencontre et la partie.

      C’est bien plus au niveau de la rencontre que de la partie qu’une pratique via table virtuelle change la donne. Au point que je conseillerais à ceux qui veulent s’y essayer de le faire avec leurs joueurs habituels : les codes déjà existants entre les joueurs facilitent la prise de marques et la partie sur table virtuelle n’a alors pas grand chose à envier à celle effectuée sur table en bois d’arbre.

      A l’inverse, la privation des repères visuels gênent la mise en place d’une dynamique d’équipe avec des joueurs inconnus : pour maintenir la cohérence de la fiction, chaque joueur est -normalement- à l’affut des signes d’approbation des autres joueurs. Le ricanement/gloussement forcé/exagéré est un incontournable de la partie sur table virtuelle, surtout avec des inconnus. Il suffit de comparer un podcast RR enregistré devant un punch avec les deux derniers pour s’en convaincre 😀

      Pour finir, une réflexion sur la préparation des parties : l’utilisation d’une table virtuelle pousse le meneur à plus de préparation. Le jeu vidéo est passé par là et nous a habitués à de belles « maps ». Pourtant, même si Maptool peut faire le café, on peut l’utiliser en guise de tableau blanc et rien n’oblige à passer ses nuits à développer des macros pour tout gérer (celui qui ne veut pas lâcher 100 boules pour ses dés StarWars PEUT le faire).

      Répondre
      1. Kalysto

        J’aime bien cette idée de dissociation rencontre/partie, ma pratique des dernières années étant le plus souvent sans groupe fixe, en fonction des aléas, c’est avant tout une rencontre. Un de mes créneau de jeu récurrent, le Mardi c’est permis, est justement un rendez-vous détendu, ayant pour seul but de passer un moment avec une partie sans prétentions. Par opposition des fois je viens pour tester un jeu/une mécanique, et là, c’est plus l’aspect partie et retours qui compte.

        Répondre
  7. Malory

    Hello ! Cette première partie sur les tables virtuelles m’a donné bien envie 😀
    Avez-vous des liens pour des communautés ou des pages G+ à suivre pour pouvoir se lancer dans l’aventure ?

    Répondre
  8. Yot

    Bjr tous,
    En parlant de l’auberge virtuelle, c’est quoi les critères pour y être admis ? Parce que ça fait des mois qu’on ne valide pas ma demande d’inscription.

    Répondre
  9. Sébastien Delfino

    Alors c’est probablement qu’un modérateur a raté le message, car le seul critère d’admission est a priori de la demander, l’admission : je passe un message aux admin (s’ils ne sont pas tous en vacances)..

    Répondre
  10. Peggy

    Bonjour Yot,

    C’est très étrange, car les demandes sont validées dans la journée, et même souvent dans l’heure qui suit, nous sommes un bon groupe à nous occuper de la validation.
    Par contre, il se peut que ton inscription ait été refusée sur ton compte paraissait suspect, mais c’est étonnant.
    Refais une demande à l’auberge, et contacte moi en privé sur g+ : Peggy Chassenet.

    Répondre
      1. A. Nonym

        Par contre, quel est l’intérêt d’avoir une communauté fermée s’il n’y a pas de critère d’admission ?
        Créer un petit pouvoir qui consiste à pouvoir virer ceux avec qui on n’est pas d’accord ?

        Répondre
        1. Kalysto

          On checke ce qu’on peut du profil: si par exemple tu sembles poster viralement tes vidéos de vente de congélateurs, que tu as 2 contacts (douteux) en tout et pour tout et que tu es inscrit dans 52 communautés très différentes avec à chaque fois le même message « je suis là pour rencontrer des gens », personnellement moi je validerai pas ^^ (et je ne m’en sentirai pas plus puissant le soir dans mon lit). Le moindre truc ayant l’air rôliste et ça passe par contre.

          Dans le cas de Yot, on a un profil qui devait initialement être sans photos, sans amis, avec un faux nom (sinon, j’aime beaucoup son dernier film ^^) et sans contenu. Ca peut expliquer qu’il n’ait pas passé le premier tour 🙂

          Je crois que le pire qu’on ait eu en modération, c’est d’avoir quelqu’un qui poste juste sa pub pour son jeu à vendre, auquel on demande s’il a prévu de proposer des démos dans l’auberge virtuelle, histoire de générer une prise de conscience en douceur (« on est pas contre, si tu apportes quelque chose à la communauté »). Et comme ça n’est pas un forum, avec des parties privées pour les modos, etc… il n’y a de fait pas trop de concertations/discussions sur la modération justement. Donc pas de blacklist sur la communauté, de ban, etc…

          En fait, je vois pas très bien ce que tu veux dire par « ceux avec qui on n’est pas d’accord », c’est pas vraiment un lieu de débat, mais un lieu de rencontres entre des joueurs, des mjs et des jeux. Toutes les rencontres ne marchent pas, bien sur, et chacun en tire les conclusions qui s’imposent sur une rencontre donnée, avec plus ou moins de mansuétude. Pour effacer tes doutes (ou tes fantasmes :), il va falloir que tu viennes voir >:)

          Répondre
          1. A. Nonym

            Je suis tout à fait d’accord avec toi Kalysto, toutes les rencontres ne se passent pas bien. C’est même une évidence. Est-ce une raison pour éviter les rencontres ?

            Quand on cherche à détecter les méchants avant qu’ils n’aient été méchants, il y a forcément des faux positifs.

            En droit on va plus loin et on appelle ça la présomption d’innocence : même quand une méchanceté a été commise il faut prouver que le type qui a un sale profil, et qui ferait un bon coupable, est bien le coupable. Dans l’immédiat il est innocent.

            Pour entrer à l’auberge virtuelle, on te fait un scan de l’iris et si on était IRL peut-être qu’on verrait un type s’approcher en enfilant un gant en latex : baissez le pantalon et penchez vous en avant, les mains sur la table …

            Tout ça pour quoi ?
            Pour éviter un attentat ? Non, un post …

            Je peux comprendre qu’en matière de lutte anti-terroriste ça se paie cher de ne pas voir arriver un méchant. Mais, là … tout ça pour ça !…

            Les réseaux sociaux le savent que toutes les rencontres ne se passent pas bien et ils mettent des outils en place pour y remédier à postériori.

            Quand on met en balance l’énergie dépensée pour filtrer à priori, la gestion des faux positifs et toute la frustration ainsi que les demandes réitérées que cela engendre probablement avec le bénéfice de quelques posts évités, on voit bien que cela ne résiste pas à l’analyse objective et que la vraie raison est ailleurs.

            La vraie raison c’est qu’il y a des types qui avaient envie d’avoir une étoile de shérif. C’est un syndrome typiquement rôliste, une reproduction de notre mode de fonctionnement à la table : des petits patrons qui règnent en maîtres sur leurs petits univers.

            La création de l’auberge elle-même s’inscrit dans cette logique : nous avons une communauté g+ « Jeux de Rôles » qui compte 1800 membres et permettait de gérer une catégorie de posts liés aux parties en ligne dont le trafic ne justifiait pas qu’on veuille la scinder en deux pour plus de lisibilité. Que reste-t-il dans la communauté initiale ? De la pub.

            Globalement, pour la communauté rôliste g+, quel bénéfice pour cette opération ?
            Au mieux il est nul et au pire une perte de visibilité : où arrive le nouveau ? Probablement sur la communauté originelle et quand il voit le niveau d’interaction il tourne les talons.

            Je force le trait, je l’admets, mais à peine : je tombe par exemple aujourd’hui sur un des posts d’auto-promo de Vivere-jdr qui vient tranquillement annoncer comment il veut« récompenser les 50 nouveaux (que dis-je les 60) de la page Facebook » …
            https://plus.google.com/107420427217018705220/posts/QEEbhKuxTe8

            Qu’on ne me dise pas qu’il y avait un besoin nouveau : il existait déjà une large communauté (JDRVIRTUEL) spécialisée dans le jdr via tables virtuelles. L’efficacité de la recherche de partenaires de jeu est directement liée à la taille de la communauté de joueurs. Il était donc contre-productif d’en créer une nouvelle.

            Dire que l’auberge virtuelle est axée autour d’un outil, Hangouts, ne tient pas non plus la route : il a été dit au cours du podcast que les outils ne sont finalement pas si importants que ça et qu’il est finalement normal d’en changer au cours de l’évolution de sa pratique.

            La segmentation à outrance de la population rôliste nuit à la facilité des échanges. Si on n’avait pas de moteur de recherche pour trier les sujets, je comprendrais que l’on fasse des petits tas de messages bien séparés. On manque de tels outils ?

            Je serais curieux de savoir à combien de forums, groupes ou autres est abonné en moyenne un rôliste et combien sont inutilisés.

            Je pense qu’il y aurait un phénomène social à théoriser : dès qu’un groupe de rôlistes atteint une masse critique, l’un d’entre-eux s’auto-proclame chef d’une sous-partie du truc qu’il va développer plus loin au point d’entrer en concurrence avec le groupe d’origine. Le phénomène s’arrête lorsqu’il n’y a plus aucun groupe représentatif de quoi que ce soit. On est alors au niveau des tables de jeu.

  11. Raoul Marx

    Bonjour,

    Bien alléché sur la mise en bouche sur les tables virtuelles. J’ai été sur ce médium à la fois meneur et joueur. J’avoue avoir eu beaucoup de difficultés en tant que meneur, mais il est certain que j’ai toujours eu d’une part du mal dans l’absence de contact visuel et une maitrise technique des outils informatiques relativement déficiente (rolisteam et roll20). Donc une sensation de maitrise finalement relativement désagréable.
    En revanche, en tant que joueur, je trouve cela super. Effectivement, je trouve cela immersif (finalement avec les chats écrits, il y a un peu moins de « parasitage oral) même si les séances sont parfois molles.

    En tout cas, je suis bien impatient d’entendre les conseils de Wenlock sur la maitrise comme le fait d’être joueur sous ce médium (je postule que ce n’est qu’une déclinaison au médium du propos développés dans les chroniques ludographiques).

    Continuez c’est super et cela permet de prendre du recul sur ses propres pratiques.

    RM

    Répondre
  12. Superchno

    Il me semble que la saison derniere les enregistrements etaient en live non ? En tout cas je viens de vous retrouver apres vous avoir perdu dans le flux itunes ou je vous avais perdu juste apres le 42. Et c’est la deception. Meme les carnets ludographiques se font par Skype ou que sais-je et faut avouer que vous avez perdu en qualité audio. Non seulement en terme de son pur mais aussi et surtout en terme d’echange. Sacrifier le naturel pour de la regularité non merci. Meme les critiques sont je trouve moins bonnes et les blagues trop private. C’est dommage j’aimais bien l’emission.

    Répondre
  13. krabeurk

    À noter que, si je respecte l’avis de Superchno, je trouve la nouvelle formule très sympa : Je le dis pas pour le plaisir de contredire l’opinion de qui que ce soit, hein, mais comme il n’y a pas de système de pouce vert ici, on a du mal à estimer les avis sur la nouvelle formule. D’ailleurs y’aurait pas un plugin ou un truc du genre pas trop galère à mettre en place qui pourrait être ajouté au site à cette fin?

    Pour les parties virtuelles, ayant joué 4 campagnes par Teamspeak sans caméra, on se rend compte à quel point l’expression est dépendante de la gestuelle que lorsqu’on en est privé. (si votre humour est basé dessus, c’est fini, vous pouvez prendre un comptable ou un croque-mort comme PJ 😉 )
    On attend la suite avec impatience!

    Répondre
  14. Kalysto

    @Anonyme:  » toutes les rencontres ne se passent pas bien…. Est-ce une raison pour éviter les rencontres ? » Ca c’est toi qui le dit, pas moi. 🙂
    Je reprécise le contexte pour que mon propos ne soit pas déformé (et au passage tout ceci n’engage que moi, pas l’auberge). On me propose une partie du célèbre jeu narrativiste Poulpes & Prurits.
    1/Je ne suis pas intéressé par le jeu, je ne vais pas à la rencontre (on est élitiste ou on ne l’est pas).
    2/J’y vais, et le MJ n’a pas respecté l’esprit de Poulpes & Prurits. Je le conchie mentalement et je ne jouerai certainement plus avec cet escogriffe, oh ça non.
    3/J’y vais et ce joueur là, Maxwell Bélivaud, a plombé la partie en mettant un focus excessif sur les seiches et en pénétrant trop fortement ma circonférence narrative. Il est clair que je ne jouerai plus avec lui pour un jeu aussi exigeant que Poulpes & Prurits, tout en n’excluant pas de rejouer avec lui sur un jeu ayant une proposition créative saprophyte.

    Dans chacun de ses cas, je fais appel à mon jugement personnel a posteriori. Dans aucun de ses cas il n’est fait appel à la modération de la communauté, ni n’est dit publiquement que Maxwell est vraiment un jocrisse.

    Je me suis mis au jeu virtuel il y a un an. A cette époque, l’auberge virtuelle s’est créée naturellement sans sondage de la population rôliste mais pour faciliter une pratique qui gagnait en popularité, autour d’un cercle initialement restreint. L’équipe de modération n’est composée que de gentils (à part moi, bien sur).

    Oui, la communauté pourrait surement être ouverte à tous (même aux profils bizarres qui t’ajoutent on ne sait pourquoi et ne postent que des selfies pour prouver qu’ils existent), mais je doute qu’il y ait eu un référendum des modérateurs initiaux à l’ouverture de la communauté pour se poser la question. Je n’ai jamais entendu de plaintes sur la somme de travail que représente la modération sur la communauté. En fait elle doit être proche du néant. En général quand j’ai une notification parce que quelqu’un veut entrer dans l’auberge, en un clic je vois que quelqu’un l’a déjà géré. C’est surement pour ça que je sujet n’a jamais été débattu (te répondre consomme plus d’énergie que plusieurs années de modération, dingue non ? )

    Maintenant tu pars sur les attentats, tu nous prêtes des intentions ou tu projettes celles que tu constates ailleurs… que veux tu, je t’accorde ton godwin point à l’avance, tu n’auras pas besoin d’en rajouter (ça c’est Maxwell qui influence mes phrases ^^ ), mais tu fais exactement ce que tu reproches : tu bloques à l’entrée au lieu de te tenter la rencontre non ? 🙂

    Tu cites une communauté G+ qui ne marche pas et qui est du coup un mauvais outil…. Je ne pense pas que ça soit la faute de l’auberge s’il n’y a que de la pub sur cette communauté… (Je viens de m’apercevoir que je suis dessus avec des notifications désactivées, combien comme moi sont (étaient) inscrits sans s’en rendre compte faussant ainsi des statistiques vitales ? ^^ ).
    Roleplaying games a 10 800 membres, pourquoi ne pas vous inscrire là bas (la barrière de la langue ne peut être plus compliquée que la barrière du Teamspeak 2.1.8 + Maptool 36.15) ou pourquoi ne pas fusionner avec les 1700 de jeux de société (après tout, si l’auberge est une sous partir du jdr, celui-ci est une sous partie du jeu de société… ) ?

    Tu cites une autre communauté virtuelle. Je ne la connais pas, mais je vois à l’instant qu’il y a des transfuges des 2 côtés (et je m’en félicite) et des propositions de parties crosspostées sur plusieurs communautés, comme quoi la plus grosse des communautés n’a pas l’air de fournir assez de joueurs aux mjs avides.
    Si tu étais (ou regardais bien) sur l’auberge tu verrais aussi qu’on est assez axés Poulpes & Prurits (et autre jeux qui n’intéressent pas tout le monde) en one shot (bin ouais, s’ils jouent en campagne, une fois qu’ils se sont rencontrés sur l’auberge, ils font leurs petites affaires dans leur coin), voir qu’on improvise des fois des parties le soir même, et que ça n’est pas ce qui a l’air de se passer dans la communauté que tu cites (en tous cas pas en survolant vite fait).

    Ta « théorie » sur la masse critique tu n’as pas besoin de la faire sur les rôlistes, elle est globalement valable partout où l’humain se réunit (soyons fous, l’humanité s’est peut-être même éloignée de son berceau à cause de ce principe). Assos, compagnies médiévales, jdr par forum, je l’ai vu x fois, mais tout n’est pas pour autant régi par cette « vérité », car au final, tu pars surtout du principe que l’auberge virtuelle a été créé en réaction à un existant insatisfaisant, alors qu’elle s’est créée d’elle-même, autour d’une pratique commune d’un petit nombre qui souhaitait s’ouvrir à un plus grand nombre et qui n’ont pas eu besoin de chercher ailleurs ce qu’ils ont su faire spontanément (on a pensé à rajouter « jeux de rôles » dans le descriptif il y a quelques semaines seulement, on est mal barré pour la conquête du monde rôliste ^^’).

    En fait tu proposes quoi dans tout ça ?
    Qu’on aille sur une grosse communauté qui n’est pas bien, mais qui est totalement ouverte elle, et gérée par les petits chefs que tu décris (et que je ne reconnais pas dans l’auberge) ?
    Ou tu ne proposes rien, tu critiques juste l’existant et encore plus ceux qui ont des initiatives individuelles ?
    D’ailleurs j’espère que tu adresses le genre de messages dont tu gratifies Radio Rôliste à des communautés plus représentatives, histoire de ne pas contribuer à la segmentation dont tu fais le reproche (je sais pas moi, la cellule, casusno, ou même la ffjdr, il faut voir grand!) 🙂

    Répondre
    1. A. Nonym

      >> « toutes les rencontres ne se passent pas bien…. Est-ce une raison pour éviter les rencontres ? »
      > Ca c’est toi qui le dit, pas moi.

      Bon, je vois qu’on est partis pour finasser.

      Oui, techniquement c’est moi qui le dit. Pratiquement, ne pas accorder l’entrée dans l’auberge virtuelle empêche la rencontre de facto.

      On empêche la rencontre au motif que le profil est suspect. Au regard des échanges on voit qu’il n’y a aucun critère objectif pour déterminer les profils éligibles ou que personne ne les connais, ce qui revient au même.

      Je pense que l’absence de critère et la gestion qu’implique la modération à priori conduisent au cas de Yot qui est peut-être le seul connu mais probablement pas isolé : frustration (demandes réitéres), incompréhension et finalement inefficacité (plusieurs modérateurs se grattent la tête et on admet Yot sans pour autant avoir fait progresser le dispositif de filtrage puisqu’on ne sait pas dire pourquoi sa demande est passée à la trappe ni si elle est la seule).

      > te répondre consomme plus d’énergie que plusieurs années de modération, dingue non ?

      Sympa en tous cas.

      > Tu cites une communauté G+ qui ne marche pas et qui est du coup un mauvais outil…. Je ne pense pas que ça soit la faute de l’auberge s’il n’y a que de la pub sur cette communauté…

      Lors de création de l’auberge, l’objectif affiché était l’organisation de parties. La présence de rubriques telles que « Discussion », « Coup de coeur » montrent que le périmètre s’étend au-delà.

      Le post du 30/06/2015 « Recensement du pauvre » par Volsung J.O. (modérateur) permet de penser qu’il y a bien un effet de transfert d’utilisateurs de la communauté originelle vers l’auberge puisqu’il semble y avoir un nombre important de membres qu’on ne voit pas aux tables virtuelles :
      https://plus.google.com/106205844654546121166/posts/189jSZqNy7F

      La communauté « Jeux de Rôles » n’a jamais été très vivace je le reconnais mais je n’irais pas jusqu’à dire qu’elle fonctionnait mal. Le transfert d’activité vers l’auberge y compris sur des sujets hors jeu en ligne, comme l’atteste le post « Recensement du pauvre », ne laisse sur la communauté « Jeux de Rôles » à peu près que de la pub.

      Un signe de ce transfert c’est qu’on voit de plus en plus d’auto-promo à l’auberge.

      > pourquoi ne pas fusionner avec les 1700 de jeux de société (après tout, si l’auberge est une sous partir du jdr, celui-ci est une sous partie du jeu de société… ) ?

      Tu as raison. On ne conserverait que les D6 qui sont universels.

      > Tu cites une autre communauté virtuelle. Je ne la connais pas

      Google doit être en panne chez toi …
      https://www.google.fr/?gws_rd=ssl#q=jeu+de+roles+table+virtuelle
      https://www.google.fr/?gws_rd=ssl#q=jeu+de+roles+roll20

      > En fait tu proposes quoi dans tout ça ?

      Un truc tout simple : les mecs qui êtes convaincus d’avoir inventé l’eau tiède, au lieu de monter un truc dans votre coin, regardez ce qui se fait déjà et de quelles façons il est possible de l’améliorer.

      Bien sûr on e peut pas s’entendre avec tout le monde et il faudra parfois se résoudre, à posteriori, à bâtir un peu plus loin. Ne serait-ce que parce qu’il existe sans doute des limites pratiques à la taille des communautés humaines.

      Entendons nous bien, l’auberge n’est pas une mauvaise chose en sois et la question du filtrage est un sujet à part entière mais la question du qui peut venir renvoi à la question de la pertinence de l’initiative. Je n’ai pas la prétention d’avoir un jugement définitif, j’expose juste mon point de vue.

      Je vois que « (jeu de rôle via Hangout) » a été ajouté : ça veut dire qu’il faut une autre communauté pour Teampseak, une autre pour Mumble et encore une pour Skype ? Peut-être faudrait-il encore subdiviser en fonction des tables virtuelles utilisées …

      Répondre
  15. Volsung

    Wow, l’auberge prend cher.

    Yot, ça me surprends que tu sois passé à la trappe.
    On valide les demandes sans sourciller d’habitude.
    Je me rappelle d’un seul et unique cas de profil qui a été recalé parce que malsain.
    (Sa page se résumait à une pluie d’ incitation à la haine raciale ou de messages misogynes, je ne sais plus…)

    Au delà, l’auberge rime avec tout sauf le despotisme.
    Bien au contraire. C’est un truc qui est né sur un délire.
    « Volsung veut jouer via hangout. Peggy crée une communauté »
    On est 255… Or il y a difficilement 15% des membres qui peuvent affirmer avoir joué au moins une fois.

    On est pas la Corée du Nord, on serait plutôt le Vaucluse^^

    Répondre
  16. Yot

    Mon profil est effectivement vide. Je n’y mets pas de photo, ni d’infos personnelles. Je comprends que ça puisse paraître suspect, même si je n’arrive pas à me défaire de mes vieilles habitudes (mes infos persos restent persos). En passant désolé d’avoir posté ici, mais je n’arrivais pas à joindre l’Auberge autrement.

    Répondre
  17. Sébastien Delfino

    Je suis complètement abasourdi (et franchement amusé) qu’un p’tit ratage de validation sur une communauté G+ qui n’a pas de rapport avec Radio Rôliste soit le ferment d’un débat sur la dérive sécuritaire française. Notez que c’est pas un mauvais débat à avoir, hein, mais là fallait vraiment avoir envie de foutre le feu qq part… ce qui est toujours plus facile quand on est anonyme (maintenant vous savez pourquoi je suis partisan des vrais blazes sur Internet).

    Causons plutôt de Radio Rôliste !
    Oui, on a changé la formule (en fait, elle continue d’évoluer : j’y reviens) : ce n’est pas que la régularité qui y gagne (d’ailleurs elle y reperd l’été :P), ce sont aussi les possibilités de participation. Moi, par exemple, je ne pouvais que très rarement descendre à Paname pour participer, maintenant je viens quand je veux : j’suis bien content. Nous n’aurions pas souvent Éric non plus s’il devait venir de Dublin…
    Ça nous permet également d’inviter des tas de gens qui nous intéressent en nous riant de la distance géographique, ce que vous devriez commencer à remarquer dans les émissions de la rentrée : devrait y avoir du beau linge et plein de potes cet automne. 🙂
    Plus de monde veut aussi dire plus de possibilités de contenu: il y a des sujets qui demandaient plusieurs cerveaux et plusieurs voix, des réflexions qu’on aurait pas pu faire sans la présence de certains… On a donc aussi mis l’enregistrement « on-line » en place pour pouvoir se les permettre (pas seulement pour arrêter de se galérer dans les transports) et on commence doucement à en récolter les fruits. Donc vous aussi, bientôt.

    Évidemment, à chaque fois qu’on change un truc, il y a ceux à qui ça plaît et ceux que ça chipote. Mon conseil, si vous aimiez les trucs qu’on faisait avant, c’est de nous laisser un peu de temps pour -peut-être- vous séduire à nouveau : c’est un peu le boxon pendant la transition, la qualité de son est maintenant limitée par le matos des participants, je ne nie pas qu’on y perd un chouïa en convivialité (elle reviendra avec la pratique : c’est en tous cas mon expérience des tables virtuelles)… Mais comme le noyau dur et les intentions restent sensiblement les mêmes, il est tout à fait possible que notre envie de faire « différemment mieux » s’avère vous plaire, en fin de compte.
    Laissez-nous juste le temps de trouver notre nouvel équilibre, puisque la manière dont on gère le podcast continue d’évoluer. Et si ça se trouve, dans un moment, on vous épatera : vous en déciderez. 🙂

    Répondre
    1. A. Nonym

      > Je suis complètement abasourdi (et franchement amusé) qu’un p’tit ratage de validation sur une communauté G+ qui n’a pas de rapport avec Radio Rôliste soit le ferment d’un débat sur la dérive sécuritaire française.

      Tu devais être déjà abasourdi avant de lire : le débat était quelle utilité pour une nouvelle communauté fermée.

      Le ratage de validation renvoi plutôt à la question de savoir pour quel public.

      > Notez que c’est pas un mauvais débat à avoir, hein, mais là fallait vraiment avoir envie de foutre le feu qq part… ce qui est toujours plus facile quand on est anonyme (maintenant vous savez pourquoi je suis partisan des vrais blazes sur Internet).

      Il y a toujours du pour et du contre : pas de blaze signifie pas de tentation de se faire cirer le narcisse ni de tentation de faire péter les galons. S’il suffisait de signer de son vrai nom pour éviter de dire des conneries, ça se saurait.

      Répondre
  18. Rolisteam

    Bonjour,

    Je vous remercie d’aborder le sujet des tables virtuelles. Vous avez parlé de Rolisteam. Je voudrais apporter quelques précisions.

    Il a était fait des reproches à propos de la musique, et la façon dont être fonctionné, et des éventuels problèmes techniques.
    Premièrement, Pourquoi rolisteam ne transférè pas les fichiers audio ?
    Il y a deux raisons:
    -L’illégalité de la chose: depuis le passage des lois DADVSI et autres, un logiciel proposant ce genre de fonctionnalités peut être menacé ou interdit (Sauf si on est capable de payer les droits à la sacem et compagnie). Dans le but de protéger l’avenir de l’outil. Je suis contraint de laisser cette question aux utilisateurs. Il n’est pas illégal de donner les fichiers à quelqu’un autre, si les personnes ont payé une licence pour écouter cette musique. C’est un peu tiré par les cheveux mais cela est suffisant pour protéger rolisteam.
    -Rolisteam est hébergé par ses utilisateurs, donc souvent derrière une ligne adsl qui n’a pas beaucoup de bande passante en envoie. Il y a ici un goulet d’étranglement.

    L’autre reproche évoqué est l’absence d’amélioration sur l’audio dans la dernière version. Il est pourtant clair dans les nouveautés de la version 1.6.1 qu’aucun travail a été effectué la dessus. Cela ne sera pas le cas, pour la prochaine version. L’ajout d’une solution intermédiaire (mais chut c’est un secret).

    Après je pense qu’il est important de souligner la différence de conception et de philosophie de Rolisteam par rapport à ces concurrents.
    Rolisteam est une version maintenu de rolistik, et l’objectif a la base derrière le logiciel, c’est de trouver un palliatif à l’éloignement dans un groupe que d’effectuer une campagne de A à Z sur par ce moyen. C’est pour cela qu’il reste assez simple.

    En suite, vous évoquez la nationalité de rolisteam comme argument, je ne le trouve pas pertinent. Je travaille depuis des années à internationaliser rolisteam.
    Pour le nom, il y a quand même rôliste dedans, même si la prononciation ne le fait pas entendre.
    Le code du logiciel était écrit en français, et le logiciel ne parlait que français a ses débuts. La prochaine version parlera: Anglais, français, Allemand, Hongrois, portugais et turc (partielle pour le dernier) (d’autres langues pourraient venir en plus).

    Après, parmi les arguments pour rolisteam, il y a le fait que cela soit libre. Un vrai logiciel libre avec toutes les libertés. Pas besoin d’abandonner votre vie privée pour jouer avec rolisteam. De plus, le logiciel est gratuit (et je ne demande aucun soutien financier, par conviction).

    Répondre
  19. Nolan

    Pour différencier Polaris, et Polaris CTUN (critiqué dans cette émission), il suffit de se souvenir qu’il a un sous-titre et ne pas oublier de le mentionner.

    Sinon, petit requête au monteur : serait-il possible de réduire le volume des éclats de rire ? Lors de l’écoute, ça provoque à chaque fois un pic qui sature ou du moins explose les tympans. Merci !

    Répondre
  20. shoot pol

    Hello,
    Chouette podcast ! C’est vrai que la qualité audio est moins bonne mais d’une part ça permet d’avoir plus de podcasts, et d’autre part ça montre à quoi peut ressembler le son d’une partie virtuelle.
    À un moment, Sébastien D. mentionne le fait qu’en table virtuelle, on ne voit pas le gars qui cause, à moins de surveiller les vidéos de tous les joueurs. Je trouve que Hangout fait un très bon truc de ce côté là, pourvu que l’on n’installe pas de pluggin occupant le « bureau » de l’application (donc pas de Roll20) : celui qui parle est affiché en grand, au milieu. On n’a pas à chercher qui parle, c’est comme si on se tournait naturellement vers la personne qui a pris la parole, ça donne vraiment le sentiment de participer à une conversation autour d’une table, et ça remet un peu de communication non verbale dans la partie. Dans notre groupe, quand on joue sur hangout, c’est sans plugin, chacun faisant les jets de son côté, en toute confiance. C’est encore ce qu’il y a de plus naturel pour jouer, si le jeu choisi le permet.
    s.

    Répondre
  21. Ping : Utopiales 2015 – Renaud Guezennec | Radio Rôliste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *