Radio Rôliste #64 : Shadowrun: Participative Democracy et autres courants principaux

Shadowrun AnarchyAu sommaire de ce numéro :

  • Introduction (00m00s – 2m30s)
  • Coup de projecteur : Ludesco (2m31s – 4m30s)
  • Critique : Modules Pathfinder 2 3 (4m31s – 36ms)
  • Critique : TimeWatch (36m01s – 56m07s)
  • Critique : Shadowrun: Anarchy (56m10s – 1h18m10s)
  • Nos jeux du moment (1h18m16s – 1h24m47)

Les jeux et les sites mentionnés dans ce numéro :

Lire

11 réflexions au sujet de « Radio Rôliste #64 : Shadowrun: Participative Democracy et autres courants principaux »

  1. MOLET Alain

    Merci à toute l’équipe pour ce numéro 64. Ravis qu’on parle de Pathfinder.. bon, je grince toujours un peu des dents et regrette qu’il n’y est pas un spécialiste du genre parmi les chroniqueurs mais c’est déjà mieux qu’à une certaine époque où l’on pouvait entendre sur Radio Rôliste « Ce qui est bien dans Pathfinder c’est sa couverture ».. oui, je sais ! J’ai la rancune tenace ! N’empêche que c’est toujours un grand plaisir de vous écouter !

    Répondre
  2. Doc dandy

    Oh la la! Je crois que l’on frôle l’accident industriel.
    « Un jeu de niche!?? Pathfinder!? » Si j’estime Steve et que je lui pardonne certains propos à la ramasse ici je ne peux pas!

    Cher Steve, ce n’est pas parce que tu ne connais pas les joueurs de Pathfinder qu’ils n’existent pas. En fait D&D reste le mode de jeu le plus pratiqué dans le monde (meme si c’est un peu mon nos vrai en France) et Pathfinder est depuis 2007, le jeu le plus vendu pour faire du Donj’.
    Quand BBE a la santé qu’on lui connaît c’est essentiellement grâce à Pathfinder. Oh pas pour remplir les bibliothèques de rolistes amoureux des beaux bouquins mais bien parce que la gamme propose beaucoup de matériel spécifiquement destiné aux joueurs (manuel d’équipements, suppléments de règles, classes de prestige etc). En province Pathfinder est parfois la seule gamme de jdr trouvable dans des boutiques de jeux. Par snobisme? Magie du marketing? Non parce que ça s’achète et ça se joue.
    Alors pourquoi on ne les voit pas en convention? Parce que c’est un jeu qui demande de l’investissement et que beaucoup s’en contente. Je connais quelques groupes de rolistes qui ne font que ça et qui ne sortent que rarement de leur cave car ils ont déjà tout ce qui leur faut.

    Heureusement que Thomas sauve l’épisode avec sa chanson!

    Mais je n’ai plus envie de m’infliger l’écoute de vos chroniques si c’est pour y entendre des énormités pareilles.

    Répondre
    1. Steve

      Bon du coup je me suis réécouté pour répondre un peu plus précisément.
      J’introduis immédiatement l’idée comme étant « une hypothèse » portant sur « dans le paysage rôliste francophone » -je devrai sans doute dire « français »- donc, bon, ne déplaçons pas la discussion sur le succès du jeu outre-Atlantique.

      Ensuite je dis les phrases suivantes
      « C’est un jeu pratiqué certes par beaucoup de gens mais c’est à mon avis très très loin d’être une majorité »
      avant de supposer que le jeu n’a « pas la célébrité, en tous cas en France, de jeux comme l’AdC et INS/MV ».

      Après j’utilise effectivement le terme « de niche » qui sous entend peut-être un peu trop qu’on parle d’un tout petit groupe de joueur. C’est sans doute le mot le plus polémique et -comme on me l’a soufflé sur les réseaux sociaux- je pourrais peut-être préférer « Malgré son succès commercial, assez peu répandu dans la communauté rôliste en dehors de son public cible spécifique ».
      Perso je maintiens mon « intuition » (c’est un mot que j’emploie dans le podcast, là encore vous noterez à quel point j’évite d’être trop sûr de moi), je pense que les joueurs pratiquant PF ou des jeux mettant l’accent sur des logiques ludiques similaires -et dont j’espère avoir montré les spécificités dans ma chronique- restent une grosse minorité (mon doigt mouillé dit 1/4).

      Après je veux bien qu’on ne soit pas d’accord mais pour y voir « un accident industriel » il faut peut-être avoir l’indignation un peu facile…

      Répondre
    2. Thomas B.

      Non mais sérieux il a raison le Doc, c’est honteux! Avec les salaires industriels qu’il nous paie avec ses impôts de vache à lait! Taubira démission!

      Répondre
  3. Ghislain

    Bravo Thomas pour la chanson ! ^_^
    Précision concernant Eclipse Phase : l’éditeur est Posthuman Studio, il n’est pour rien dans la genèse d’Anarchy. En fait, Catlabs à fait appel à son autre jdr, Valiant, comme inspi pour l’approche plus narrativiste.
    Nuyen vs karma : le « taux de change » est en fait celui utilisable durant la création de perso en SR5 classique.

    Pour PF, j’ai donné mon point de vue sur FB, je n’en remets pas une couche ici.

    Répondre
    1. Thomas B.

      Exact, je me suis bien planté dans les éditeurs! Dans ma tête c’était à cause de Brian Cross & Adam Jury qui ont bossé sur Shadowrun et Eclipse:Phase, mais rien à avoir vu qu’il ne sont plus chez Catalyst (et ça devait être à l’époque de SR4, même pas 5) vu qu’ils ont créé Post-Human. Bref, la lose, merci pour la correction 🙂

      Répondre
  4. MOLET Alain

    >> Quand a BBE il a la santé qu’on lui connaît c’est essentiellement grâce à Pathfinder

    C’est un peu moins vrai aujourd’hui. Si on en croit Damien Coltice (un des hommes en noir), les ventes se seraient équilibrées avec Chroniques Oubliées, le jeu faisant un gros carton sur notre territoire. De plus, si j’en crois le message « les éclaireurs font le point » (voir les news sur le site Casus Belli) des ralentissements vont s’opérer sur la gamme Pathfinder. Cela commence dès maintenant par l’arrêt des mensuels. Si on compte pas les derniers recueils, pour le moment, seul le Bestiaire 5 est prévu.. Je pense que BBE anticipe l’arrivé de Heroes & Dragons qui va sûrement attirer beaucoup de joueurs.

    Répondre
  5. Gregory

    Hello, possible d’avoir les références sur tous les autres avis des jeux temporels, qui allaient avant Timewatch ?
    Je n’ai pas vu par exemple de tags… 🙁
    Merci 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *