16 réflexions au sujet de « Radio Rôliste #36 : Air pizza – partie 2 »

    1. A. Nonym

      Je suis d’accord avec toi Yot sur la participation notable de Michael à cet opus.
      Pour autant, je ne crois pas qu’il se soit bonifié : il est bon depuis le début … quand il ne se raconte pas, ce qui le rend alors insupportable à certains d’entre-nous.
      Il a réclamé à plusieurs reprises le fouet nommé Gérard. Gageons que c’est pour s’améliorer et non par un sombre penchant pour la douleur 😀

      La série de chroniques StarWars permet de mettre la gamme en perspective même si je la trouve parfois trop peu critique (c’est que je suis très attaché à la question du rapport qualité/prix, après tout nous parlons d’un loisir qui à un coût, lequel n’est pas forcément anodin pour tous les joueurs potentiels). Même si je sais que la réponse est « ça dépend », j’ai bien sûr envie de demander : alors, si je devais n’en acheter qu’un ?

      L’exercice des pronostics DD5 était tout simplement intéressant : une analyse argumentée. Impec.

      Répondre
      1. Michaël C.

        Salut tout le monde,

        Je réalise un peu tard que j’ai oublié un candidat potentiel dans la liste d’éditeurs potentiels pour D&D5 : le distributeur/éditeur Iello. Car Iello n’est pas encore un véritable concurrent pour Hasbro, sans oublier que Iello travaille main dans la main avec la société Origames, qui a été montée par des anciens de Play Factory.

        Pour revenir à la question du rapport qualité/prix des boîtes d’introduction de Star Wars, vu que tu peux les trouver à 25 euros sur Amazon (35 euros en français), et que le set de dés qu’elles contiennent coûte 13 euros à l’unité, je ne trouve pas ça cher payé, surtout quand on dispose en bonus d’une mini-campagne gratos à télécharger. De mémoire, la seule boîte d’introduction aussi fournie en matériel (elle en contienait même plus), c’était celle de D&D4 qui coûtait encore moins cher, mais c’était voulu par Hasbro qui n’avait pas hésité à réduire la marge au maximum dans l’espoir de recruter des joueurs pour son D&D4 en difficulté à l’époque (oui, je parle de la boîte rouge sorties un peu avant D&D Essential).

        Après, pour trancher sur la meilleure des deux gammes, c’est un peu tôt à mon avis vu que le livre de base d’Age of Rebellion n’est pas encore sorti (tout comme la première campagne). Et puis la thématique n’est pas non plus la même. D’un côté tu essayes de survivre avec le peu de moyens que tu as en travaillant pour un peu tout le monde en évitant l’Empire (Hutt, pirates, etc.), de l’autre tu appartiens à une organisation avec des moyens relativement conséquents dont le seul but est d’abattre l’Empire. Donc, avant de te dire quel jeu acheter, A. Nonym, il va falloir que tu me dises quelle ambiance tes joueurs et toi préférez car, sur le papier, les deux jeux n’ont aucune raison d’être meilleurs ou moins bons que l’autre (j’attends de lire la gamme Age of Rebellion pour me faire mon idée néanmoins).

        A+Michaël

        Répondre
        1. A. Nonym

          Bon, ma question était un peu rhétorique Michael : je n’avais pas tant que ça l’intention d’acheter. La question de l’ambiance (on doit dire intentions narratives maintenant) est tout à fait logique et c’est à ce type de « ça dépend » que je m’attendais. Si à partir d’un même univers StarWars on peut avoir des ambiances (tant pis, suis un vieux geek je ne vais pas adopter les nouveaux termes à la mode) très différentes c’est tant mieux mais je suis un peu dubitatif : à SW, il y a les impériaux et les autres … jouer différents archétypes de non-impériaux, cela change-t-il vraiment tout ?

          Peu importe dans le fond car je ne peux pas répondre à ta question. Cela aurait été possible il y a 30 ans quand je jouais toujours avec les mêmes têtes mais la donne est différente aujourd’hui : plus d’offre et donc plus de segmentation de la population rôliste.

          J’étais tout à fait en accord avec ton approche des premières chroniques qui consistait à estimer la durée de jeu pour le prix en prenant en compte les scénarios dispos (y compris gratuits), les dés fournis dans le kit d’intro avec les prétirés et le jeu « full ». Personnellement, je considère que le coup des « dés qui supportent la narration » c’est du marketing mais je peux entendre que des dés de toutes les couleurs et de toutes les formes ça plait à certains. C’est juste un paramètre à intégrer dans le rapport utilisation/coût comparativement à une poignée de D6 (moi je dis pas dés de six mais dés six car ce ne sont pas des dés de six faces mais à six faces) ou pas de dés du tout pour certains jeux. J’ai trouvé ça cher mais ça n’engage que moi.

          Or donc, si on considère que l’ambiance est un critère peu commode à manier pour départager « Edge of » et « Age of » il est peut-être intéressant de regarder du côté du stock de scénarios StarWars D6 (dés six) et de leur facilité d’adaptation. Dit autrement, quelle version « dés couleurs » permet potentiellement la réutilisation des tonnes de scénarios D6 existant et des dizaines d’heures de jeu pour cette saga ?

          Répondre
          1. Yot

            Effectivement, la question du rapport qualité/prix de la nouvelle gamme Eote n’a peut-être pas été creusé suffisamment. Les suppléments sont à 24,90€ pour 96p, en couleur donc je ne crie pas à l’arnaque. Mais pour un rôliste qui n’est pas fondamentalement FBDM, il serait intéressant de savoir ce que Eote pèse par exemple par rapport au Firefly de MW, voire le D6 de Studio09 qui semble avoir un rapport qualité/prix assez redoutable. Ce serait vraiment intéressant un comparatif trans gammes.
            J’ai juste le LDB, l’écran et le Kit d’initiation de Eote, mais j’hésite à aller plus loin pour l’instant. A cause de ce côté en kit où pour avoir tout le fluff et les archétypes à ma table sur la durée, j’ai l’impression de devoir tout acheter.

  1. Gersen

    J’aime ces commentaires de l’intérieur sur qui pourrait bien traduire DD5. En tout cas, la podcast devient complet avec les chroniques de Wenlock.

    Répondre
    1. Kal

      Je n’ai pas encore réécouté le podcast, mais je ne pense pas avoir rendu justice a ton jeu comme je l’aurai voulu. Pour moi, c’est un grand pas que tu as fait ( et il faut que je te commande un exemplaire fait main)

      Répondre
  2. Thomas Munier

    Merci à toi ! Quand tu parles de grand pas, tu peux développer ? J’étais au bord du gouffre et j’ai fait un grand pas en avant ? 🙂 (j’en profite de pouvoir te demander, car je crois en effet que tu n’as pas eu le temps de délivrer ton ressenti sur le jeu pendant la chronique). Pour le livre artisanal, il suffit de me faire un mail à munier.thomas@laposte.net

    Répondre
    1. Kal

      Tout à fait, en tentant de glisser l’accroche DD5, je n’ai du coup pas fait de récapitulatif sur Inflorenza. On ne va pas se le cacher, le jeu m’a beaucoup plu.

      Ma connaissance de ta production se limitait à ce que j’en avais entendu sur la cellule, et j’avais aussi lu Millevaux que j’avais piqué à Kobal, et je peux pas dire que ça m’avait conquis, alors que ton univers m’avait attiré quand j’en avais entendu parlé par bribes. J’avais l’impression qu’il manquait une passerelle entre le background global et les scénario proposés, le concept de Sombre les rendant forcement très focalisés (du coup je voyais pas l’intérêt d’avoir tout un historique, vu qu’on l’exploiterait pas vraiment, je ne comprenais pas la magie non plus, etc…). De mémoire, j’avais aussi du trouver le texte répétitif pour la partie scénar. Mais bon je ne l’ai qu’une fois, j’ai pas approfondi, et j’ai peut-être loupé ce que j’ai trouvé dans Inflorenza…

      … à savoir un produit/jeu complet, avec un thème fort qui me parait très bien servi par le système, tout en s’offrant le luxe de ne pas être un story games carcan qui ne te permet qu’un style ou format d’histoire au fil des parties, grâce aux possibilités de modulation que tu as introduit.

      Donc le pas franchis, c’est que maintenant tu es obligé de faire aussi bien pour tes jeux suivants, et je te souhaite franchement qu’Inflorenza ouvre la porte à de nombreuses personnes sur ce que tu créés.

      Répondre
  3. Thomas Munier

    Oui, c’est ça, c’est un jeu new school mais avec un feeling à l’ancienne, dans le sens où tu as une procédure, certes teintée d’héroïsme et de sacrifice, mais qui permet de gérer une gamme assez vaste de situations, parce que le jeu ne cadre pas de scènes ou ne fournit pas un modèle unique de scénarisation. Et donc permet de jouer en campagne, ce qui manque dans mes jeux indie préférés. Pour en voir plus sur la variété des situations, voir les comptes-rendus de partie : http://www.terresetranges.net/forums/viewtopic.php?id=502

    Puisque tu parles de futures production, mon prochain jeu s’appellera Arbre et permettra, pour paraphraser Doc Dandy, de jouer des clochards magnifiques qui errent dans les forêts hantées de Millevaux ! http://www.terresetranges.net/forums/viewtopic.php?id=586

    Répondre
  4. Kal

    ca me rappelle que je dois toujours essayer de faire jouer Kingdom of nothing, où on se retrouvent aux commandes de clochards amnésiques errant dans des établissements désaffectés ^^

    Répondre
  5. Thomas Munier

    c’est énorme comme tagline ! Les sans-abris sont des personnes au destin fascinant (pas enviable, mais fascinant). Au sein de notre monde contemporain… ils vivent déjà dans un monde post-apocalyptique. Et surnaturel, quand on considère qu’un certain nombre d’entre eux souffrent de maladies mentales.

    Répondre
    1. Michaël C.

      Pour répondre à Yot, jusqu’ici je ne me suis intéressé qu’aux boîtes d’introduction, aux livres de base, aux écrans et aux scénarios de la gamme Star Wars (Edge of Empire et Age of Rebellion), et pour cause, je n’ai tout simplement pas prévu d’acheter le moindre supplément de classe (je me contrefiche des nouveaux talents, spécialisations, races, équipements, etc.).

      En conséquence, je trouve le rapport qualité/prix des deux gammes assez bon jusqu’ici.

      A ce sujet, si tu recherches du bon scénario ou de la bonne campagne pour Star Wars Edge of Empire, je ne saurais trop te conseiller The Jewel of Yavin, ou le scénario de l’écran, qui sont tous deux bien meilleurs à mon humble avis que Beyond the Rim. Pour ce qui est des scénario D6 ou Saga, je ne pourrai malheureusement pas te conseiller car c’est un peu loin dans mon cerveau, car ma réserve a été refilée à des potes depuis belle lurette !

      A+Michaël

      Répondre
  6. Ping : Radio Rôliste #60 – Punch Party 2 | Radio Rôliste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *